<< Previous Next >>

Censure


Censure
Photo Information
Copyright: Gerard Dupuy (ge-fleur) Silver Star Critiquer/Silver Workshop Editor/Silver Note Writer [C: 33 W: 21 N: 48] (531)
Genre: Plants
Medium: Color
Date Taken: 2011-06-30
Categories: Flowers
Exposure: f/8, 1/320 seconds
More Photo Info: [view]
Photo Version: Original Version, Workshop
Date Submitted: 2011-07-07 1:19
Viewed: 2898
Points: 4
[Note Guidelines] Photographer's Note
Le terme canne à sucre désigne un ensemble d'espèces de plantes de la famille des Poaceae et du genre Saccharum.
La canne à sucre a un pH de 7.
Elles sont cultivées pour leurs tiges, dont on extrait du sucre. Avec un volume annuel de production supérieur à 1,7 milliard de tonnes1, ce sont les premières plantes cultivées au plan mondial avec près de 23 % de la masse totale produite en agriculture dans le monde.
Elles furent jusqu'au début du xixe siècle la seule source importante de sucre et représentent toujours actuellement 65 à 70 % de la production de sucre2.
La canne à sucre dans une serre des Kew Gardens
La canne à sucre est une grande graminée tropicale herbacée à port de roseau, d'une hauteur allant de 2,5 à 6 mètres. Les tiges, d'un diamètre de 1,5 à 6 cm, sont pleines3. Les feuilles, alternes, sont réparties en deux files opposées et ont un limbe de 1 m de long environ sur 2 à 10 cm de large. Elles sont au nombre de dix sur les plantes en pleine croissance, la partie inférieure de la tige se dénudant au fur et à mesure que les feuilles basses se dessèchent.
L'inflorescence est une panicule terminale de cinquante centimètres à un mètre de long. En culture, la canne est généralement coupée avant floraison. C'est une plante vivace par sa souche rhizomateuse.
Origine et distribution[modifier]
La plante n'existe plus à l'état sauvage. Sa contrée d'origine serait l'archipel de la Nouvelle-Guinée, d'où elle aurait été répandue par l'homme d'abord dans toutes les îles du Pacifique et dans l'océan Indien jusqu'en Malaisie, ou bien dans la péninsule indochinoise. Sa diffusion pourrait être liée à l'expansion des Austronésiens à travers l'Asie du Sud-Est insulaire et le Pacifique.
Des différentes espèces présentes dans ces régions, Saccharum officinarum est celle qui a été domestiquée. Elle a ensuite été croisée avec les espèces sauvages (Saccharum robustum, Saccharum barberi, Saccharum spontaneum et Saccharum sinense) pour améliorer son rendement en sucre et sa résistance aux différents climats4.
Aujourd'hui, elle est cultivée dans tous les pays tropicaux ou tempérés chauds.
Culture
La canne à sucre en fleur
L'aire de culture de la canne à sucre s'étend de 37° de latitude nord à 30° de latitude sud.
La multiplication se fait par boutures. Ces boutures sont des morceaux de cannes de 30 centimètres de long environ portant plusieurs nœuds avec des bourgeons bien constitués.
La récolte intervient au bout de onze mois après la plantation, avant la floraison.
Les cannes sont coupées au ras du sol, la concentration en sucre étant maximale dans la partie basse de la tige. La partie supérieure est éliminée sur le champ (on peut y tailler des boutures), ainsi que les feuilles. Les souches émettant de nouvelles tiges, une seconde récolte est possible au bout d'un an, voire une troisième, mais la teneur en sucre a tendance à diminuer.
Variétés
▪ Canne Isautier.
▪ Canne Mapou.
▪ Canne Tamarin.
▪ R 570.
Traitement
La canne récoltée, sous forme de tronçons de tiges, est transportée dans une unité de transformation, le plus souvent une sucrerie, pour être traitée. Les tiges sont broyées dans un moulin et produisent un liquide sucré, le jus de canne ou vesou, ainsi qu'un résidu fibreux, la bagasse.
La bagasse est en premier lieu utilisée pour la production de vapeur (brûlage dans une chaudière), servant à l'alimentation énergétique de l'unité de transformation, qui fonctionne le plus souvent en autosuffisance énergétique. L'excédent de bagasse non utilisée pour ce premier usage peut être utilisé pour faire du papier, des panneaux de particules, de la litière pour les animaux, servir de nourriture pour le bétail, être valorisé comme base de compost, etc. Enfin, la bagasse est également souvent brûlée dans des centrales à bagasse pour la production de chaleur et d'électricité, comme à La Réunion5 et à Maurice.
En sucrerie, le jus de canne ou vesou fait l'objet d'une évaporation, conduisant au sirop, lequel est clarifié puis concentré pour en extraire le sucre cristallisé brut, la cassonade. Ceci conduira au sucre roux, qui sera ensuite éventuellement transformé en sucre blanc dans une raffinerie.
Le jus de canne extrait après broyage des tiges, ou vesou, peut également faire l'objet d'une fermentation et d'une distillation, pour obtenir le rhum agricole. C'est le cas notamment dans les départements d'outre-mer français (Martinique, Guadeloupe, Guyane et un peu La Réunion).
Dans de nombreux pays d'Amérique du Sud ou d'Asie, le jus de certaines variétés de canne à sucre est également porté à haute température pour produire un aliment très commun, désigné par de nombreuses appellations différentes, dont l'une des plus courantes est panela.
Le résidu liquide de la fabrication du sucre, encore très sucré, noirâtre et visqueux, est la mélasse. Cette dernière peut faire l'objet d'une fermentation et d'une distillation, pour conduire à la production d'une eau de vie : le rhum industriel (autrefois dénommé le tafia aux Antilles), également appelé de nos jours rhum de mélasse ou rhum traditionnel de sucrerie (RTS) dans les départements d'outre-mer (Dom). La mélasse peut également être fermentée et distillée pour la production d'alcool pur ou d'éthanol, à des fins pharmaceutiques ou, de plus en plus, de biocarburant, carburant aux véhicules (de façon de plus en plus importante notamment au Brésil). Cette fermentation peut aussi permettre la production d'acétone, de glycérol et d'acide citrique7.
La mélasse peut être également utilisée telle quelle pour l'alimentation humaine ou pour l'alimentation du bétail (dans ce dernier cas, souvent en mélange avec la bagasse). Elle est aussi utilisée comme aliment de base pour la culture de levure de boulanger7.
En 1996, le rhum agricole de la Martinique a accédé au statut d’Appellation d'origine contrôlée (AOC), obtenue par les acteurs de la filière après plus de vingt ans de démarches. Première AOC d’outre-mer et de surcroît pour un alcool blanc, celle-ci classe dorénavant le rhum agricole martiniquais parmi les alcools nobles liés à une origine géographique. Cette Appellation traduit la typicité du « Rhum agricole Martinique », expression du lien intime entre la production, le terroir et le savoir-faire des hommes, perpétué au fil des générations8.


Only registered TrekNature members may rate photo notes.
Add Critique [Critiquing Guidelines] 
Only registered TrekNature members may write critiques.
Discussions
ThreadThread Starter Messages Updated
To ana974: mi fége-fleur 1 07-08 08:22
To ana974: Workshopge-fleur 2 07-08 08:08
To aruntp: hige-fleur 1 07-07 07:16
You must be logged in to start a discussion.

Critiques [Translate]

good photograph. i feel you must have zoomed a little bit more to avoid some structure around a corner. thanks for sharing.

Gééééééé´.... kkkkkkkkkkkkkkkkk Tu es vraiment un enfant terrible !Mais je suis sure que tu peux faire mieux! Montre nous tes cannes de plus proche STP!
BGBB&TT
aNa

PS: TMM

Calibration Check
















0123456789ABCDEF